Eglise Apostolique
Eglise Apostolique

Culte                             du 6 septembre 2015

Quelques questions se posent à nous :                                                                                  

- Comment se fait-il que des femmes prêchent dans l’Eglise ?

- Qu’est-ce qui motive ces changements?

- Que dit la bible à ce sujet?

- Les écritures n’y semble pas favorable, ne risquons-nous pas de dévier et de nous égarer de l’Evangile ?

- Pourquoi maintenant?

 

Il me semble que ces questions expriment des craintes et posent une autre question:

  • Savons-nous lire les écritures?
  • Le pasteur en fait-il bonne lecture et bonne interprétation?

Je voudrai également dire que je crois normal que les changements provoquent parfois des crispations et que je voudrai être le plus pédagogue, le plus clair possible pour permettre à ceux qui se sentent insécurisés d’être rassuré.

 

Depuis quand le monde a-t-il aboli l’esclavage? 

C’est-à-dire le droit reconnu par la société à quelques personnes d’être propriétaire d’une autre au même titre qu’un animal ou un bien immobilier.

  • L’esclavage apparaît dans la bible dès l’exode. Environs 3000 à 4000 ans avant JC.
  • Josué: 09.21 : Les gabaonites deviennent les esclaves du peuple d’Israël
  • La Bible raconte comment dans son histoire, Israël a été tantôt esclave tantôt maître de ses ennemis.
  • 1 Sam 17.8 et 9: Goliath lance un défi qui engage le perdant à devenir esclave des gagnants.

Plus tard avec l’empire babylonien, Israël est déporté et devient esclave du roi Nabuchodonosor. L’empire grec, l’empire romain sont bâties sur des sociétés qui considèrent l’esclavage comme normal. Ca ne pose problème à personne.

Les perdants des guerres devenaient les esclaves des gagnants.

 

Ainsi, l'esclavage est la réduction d'une personne à un état de privation de toute liberté, celle-ci allant de libertés sociales aux libertés les plus fondamentales.

  • L'esclave est exclu de la société tout en étant dans les sociétés esclavagistes un élément moteur.
  • L’esclavage était un droit de propriété (une possession).
  • L’esclave est sans parenté, dépouillé de son identité et sans liens de parentés.
  • L’esclave n’a pas le droit de créer de nouveaux liens de parenté, il n’a pas accès au mariage et à la procréation sans autorisation de son maître.

 

On estime ainsi que la guerre des Gaules de César a permis de mettre sur le marché au moins 100 000 esclaves.                                                                   On estime qu’au début du I er siècle, près de la moitié de la population italienne se composait d’esclaves (3 millions d’individus).

 

C’est dans ces sociétés gréco-romaines, ces cultures que Paul a annoncé l’Evangile.

Qu’est-ce que Paul en a dit?

  • L’épître à Philémon: Paul renvoie Onésime vers Philémon qui a des droits sur lui. Et Paul ne lui dit pas: Tu sais l’esclavage c’est contraire aux écritures.
  • Eph 6.5 : Esclaves, obéissez à vos maîtres selon la chair. Et faîtes le de bon cœur.
  • V 9 : Et vous maître, ne les maltraitez pas. Sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux et que devant lui il n’y a pas d’acception de personnes. Sous-entendu, tous ont la même valeur.

Pourquoi  les épitres ne dénoncent-elles pas l’esclavage et n’encourage-t-elle pas les chrétiens à sortir de cette organisation sociétale?

 

Que me répondriez-vous si je vous disais: Je pense qu’il faut remettre l’esclavage au programme de la vie d’Eglise. Le monde l’a aboli mais bibliquement ça ne tient pas la route. Trouvez-moi un texte qui dit clairement que l’esclavage est contraire à l’Evangile ?

Il faut également dire que l’esclavage a commencé à être contesté et remis en question par l’église catholique post empire – Romain. C’est l’Evangile qui a été source d’arrêt progressif de l’esclavage.

 

Par ailleurs, l’apôtre Paul va dire des choses comme :

# Gal 3.28: Vous êtes tous fils de Dieu par la foi en J-Christ. Vous tous qui avez été baptisé en Christ vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni juif, ni grec, ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme, ni femme car vous êtes tous un en Jésus-Christ.

# Col 3.11: Il n’y a plus ici ni Grec, ni juif, ni circoncis, ni incirconcis, ni esclave, ni libre mais Christ en tout en tous.

 

# Ainsi, si quelqu’un me dit 1 Cor 14.33: Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix. Comme dans toutes les Eglises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leurs maris à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans l'Eglise.…

Alors je lui répondrai, il n’y a plus ni homme, ni femme. Au revoir. Alors vous me répondrez: oui mais que veut dire vraiment cette parole. Il y a quand même bien des hommes et des femmes. Alors si on doit comprendre ce que veulent vraiment dire certains textes pourquoi cela ne serait-il pas aussi vrai pour 1 cor 14.

 

Alors, vous en conviendrez, on ne peut pas citer des versets comme cela au nom du Seigneur et en utilisant de surcroit la prophétie. Nous conseil, ne recevons pas cette façon de faire comme venant du Seigneur et nous considérons que c’est une faute grave que de le faire.

 

Et si elle doit se taire, pourquoi Paul parle-t-il des femmes qui prophétisent, des femmes qui prient dans l’église ?

Et si les femmes doivent se taire alors, qu’elles cessent d’enseigner les enfants, les jeunes, la louange, les femmes et tous les endroits où elles parlent dans l’église. Mais encore, qu’elles mettent des voiles sur leurs têtes et qu’elles aient des cheveux long et si toutefois un frère avait des cheveux long, qu’il se les coupe.

 

Dans la Bible il y a des écrits fondateurs, fondamentaux sur lesquels la doctrine est basée et qui sont immuable et il y a des textes qui sont circonstanciels et contextuels et il faut pouvoir faire la part des choses.

 

Cependant, l’histoire nous montre que c’est l’influence de l’Evangile qui est à l’origine du processus d’abolition de l’esclavage. Il a fallu attendre le 20eme siècle pour que l’esclavage soit aboli dans presque toutes les nations du monde.

Le Danemark a officiellement abolit l’esclavage au 17ème siècle, le Royaume Uni au 18ème.

En France, le 27 mai 1848.

 

L’histoire des femmes:            

J’aborderai ces sujets à l’étude biblique. Venez-y si ça vous est possible.  

 

Dans l’antiquité, la femme est dépendante de l’homme pour tout. Chez les Romains, le système est basé sur le paterfamilias. Celui qui est propriétaire de sa maisonnée et qui comprend le patrimoine foncier, les animaux, les esclaves, les enfants et sa femme.

 

La femme n’avait pas davantage de place et de droit que les enfants. Elle n’avait pas droit à l’éducation, à l’école. Elle se mariait souvent vers l’âge de 14 ans avec des hommes qui en avaient une trentaine. On recherchait alors la fécondité et la procréation.     

 

On ne se mariait pas par amour. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en avait pas. Mais on n’abordait les choses sous le même angle.

 

Chez les grecs, elle n’avait pas le droit de sortir de la maison sauf occasion exceptionnelle. Elles devaient être voilées. Celles qui ne l’étaient pas étaient des prostituées. Le voile ne concernait pas que la tenue vestimentaire des femmes dans l’église mais dans la société tout entière.

Dès l’antiquité, le voile est une marque, un code de la société. Chez les romains, il indiquait qu’une femme était mariée.

Au Moyen Age, la vie d’une femme se décompose en  quatre périodes:    

#  0- 7 ans : l’enfance     

#  7-14 ans la jeunesse    

#  14 – 28 ans le travail      

#  après 28 ans : la vieillesse

 

La femme après ses prières du matin, sortira en compagnie de femmes honnêtes après s’être habillées convenablement en tenant compte de sa position sociale. Elle marchera les yeux baissés sans regarder ni à droite, ni à gauche. Elle placera son époux au-dessus de tous les autres hommes avec le devoir de l’aimer, de le servir, de lui obéir, se gardant de le contredire en toute choses.

Faut-il rappeler quelques adages comme : Bonne épouse ou bien souillon, toute femme veut du bâton. Il était facile de l’accuser d’adultère pour s’en séparer. Elle dépend de son mari. On ne se pose pas la question de savoir si c’est bien.

C’est la société qui repose sur ces systèmes. Pour en changer  il faut du temps et bien des luttes.

En 1789, les droits des femmes ne sont pas abordés. Elles n’avaient pas accès à la sphère public

De nombreux philosophesmédecinsécrivains ont croisé leurs approches pour décrire la féminité. Les termes qui en ressortent sont: « constitution délicate », « tendresse excessive », « raison limitée », « nerfs fragiles1 ». On considérait donc comme acquise l’infériorité de la femme intellectuellement et psychologiquement.

 

Citons Napoléon: La femme est à son mari ce que l’arbre à fruit est au jardinier

 

La constitution de septembre 1791 définit de façon identique l’accession à la majorité civile pour les hommes et les femmes. La femme peut donc témoigner dans les actes d’états civils et elle accède au partage des biens communautaires (1793) et, dans le premier projet de code civil présenté par Cambacérès à la convention en 1793, la mère avait la même autorité parentale que le père.

Ces évolutions ont-elles été mauvaises?

 

Alors bien sûr aujourd’hui les femmes vont à l’école comme les garçons, elles ont les mêmes droits.

L’Eglise aurait-elle dû ne pas permettre que ces évolutions la traverse. Devrions nous aussi revenir au temps de Paul pour être biblique ?

 

Je reviendrai sur toutes ces choses  de façon plus détaillées à l’étude biblique. Si vous le pouvez, participez-y.

 

Car cette décision de permettre à des sœurs de prêcher est le fruit d’un long cheminement, de lecture, d’échanges avec les pasteurs de la région qui ont pris positions dans ce sens, après avoir fait venir un théologien évangélique et en accord avec les anciens ainsi que les maris des femmes concernées. Pourquoi ne pas être venu l’entendre ?

 

Voilà maintenant 7 ans que les sœurs collaborent avec nous au sein du CS. Je n’en ai jamais entendu une seule revendiquer quoi que ce soit. Je n’en connais pas qui nous aient posé des problèmes dis de soumissions,

 

Je les vois à l’œuvre nos sœurs avec un cœur sincère aimant le Seigneur et aimant son église cherchant à servir sans orgueil, elles servent parmi les enfants, les jeunes, les seniors, l’évangélisation, le diaconat, le ménage, la table de la cène, la louange, les sœurs, les visites et pardonnez-moi de ne pas être exhaustif.

 

Je vous le dis mes frères, je ne sais pas s’il faut s’inquiéter davantage de la place que prennent des sœurs que celle que ne prennent pas les frères. Et là je suis sincèrement beaucoup plus soucieux.

 

J’oserai dire: Il y a un malaise chez les frères, il y a problème et là aussi on en reparlera.

 

Je crois plutôt que nous devons aux sœurs bien des excuses.

Nous ne souhaitons pas qu’elles prennent trop de place mais nous sommes quand même bien contents qu’elles fassent le boulot à notre place.

 

Plus que des excuses, nous devrions nous repentir et leur demander pardon pour les manques de considérations, d’encouragement et de remerciement.

 

Je vous lance un défi mes frères, êtes-vous prêts à ce qu’on se retrouve entre homme pour faire face à nos responsabilités?

 

Mes sœurs, et si vous disiez, tant que les frères ne prennent pas leur place nous ne prendrons pas la nôtre.

 

Luc Leprevost

Adresse

Eglise Apostolique
2 rue du Moulin Enragé 76170 Lillebonne


Téléphone

06 82 42 08 37

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Apostolique