Eglise Apostolique
Eglise Apostolique

Culte du dimanche  10 décembre 2017

La Course de la vie Chrétienne

 

Lisons Hébreux 12  versets 1 à 13 

Ce que j'ai retenu ce matin pour nous se trouve  à la fin du verset 1.

Un verbe qui à toute son importance,  c'est le verbe, courir ou plutôt ce que dit l'auteur

« Courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte ».

C'est un encouragement à nous maintenir dans une course où nous sommes engagées et nous ne sommes pas seul dans cette course, d'autres nous ont précédé. Le début du v 1 dit

« Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, »

Ces témoins ont couru, la course par la foi et l'auteur met, va mettre en avant ces témoins  de l'ancien testament,  qui ont couru eux même pour que nous soyons encouragés et fortifiés dans notre foi,  parce que le combat est là.

Nous ne sommes pas seul à courir cette course et l'auteur va mettre un terme dans sa lettre de Hébreux 11 en disant v 32, 40  «  Et que dirai-je encore? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, qui, par la foi, ….  Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis, Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parviennent  pas sans nous à la perfection.

Par leur foi, il a été rendu ce témoignage dans cette course, mais quel témoignage ?

Que Dieu est vrai, fidèle, présent et agissant dans chacune de leur vie. Ces témoins de l'ancien testament, n'étaient pas parfaits, mais  il a vu leur foi dans leur faiblesse et leur limite humaine. Et qu'ils ont été à l'endroit où Dieu les voulait pour accomplir ses plans parfaits.

Ceux qui nous ont précédés, je pense à Martin Luther le grand réformateur protestant qui a reçu la révélation de la justification par la foi et qui a rencontré de l'opposition de la part du monde religieux de cette époque.

De Marie Durand protestante, emprisonnée à la tour de constance, 38 ans, dans cette prison qui a écrit sur une pierre d'un puits Résister, Résister.

De Martin Luther King, ce noir américain qui a défendu la race noire en Amérique contre la ségrégation entre les blancs et les noirs il  va dire Si vous ne pouvez pas voler, alors courez; Si vous ne pouvez pas courir, alors marchez; Si vous ne pouvez pas marcher, alors rampez; Mais quoi que vous fassiez, vous devez continuer à avancer.

Et de bien d'autres encore.

Leur course c'est aussi la nôtre,  c'est bien une course dans la foi qui est personnelle,  nous sommes tous concerné lorsque nous décidons de remettre notre vie entre les mains de la seule personne de confiance Jésus-Christ.  Comme le dit le verset 6 du chapitre 11   « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. »

« Je ne sais pas si ce matin parmi nous,  plusieurs sont découragés ou en proie au doute quant à la grâce de Dieu.  Vous savez pourquoi, vous êtes là ce matin ?

Pourquoi êtes-vous chrétiens? Si vous l'êtes bien sûr!

Quelle est notre course? Et dans quelle direction je cours? Et vers quoi?

Quel sont les objectifs que je veux atteindre, une vie meilleure, un meilleur compte en banque, une meilleure santé, un  meilleur, travail, etc.  C'est chose juste et normal que de souhaiter de réussir dans la vie

Mais dans toutes ces choses la place que Dieu veut avoir. 

Le monde, dans lequel nous vivons aujourd'hui est dans une course, une course qui a pour but la recherche du plaisir, de la richesse, du pouvoir,  de la supériorité d'écraser les autres, de la sécurité

(on a jamais autant parler de sécurité, alors que l'insécurité va croissant! Prions pour ce qui se passe en Israël.).

Mais le plaisir, la richesse, la sécurité, la paix, sont aussi ce que Dieu veut nous accorder dans notre vie de chrétiens, ne pas être des enfants de Dieu qui seraient en manque, ou triste de ne pas avoir alors que nous avons tout, Dieu est riche, pour ses enfants et il est notre sécurité, il est notre paix, et il veut que nous trouvions  du plaisir à marcher avec lui à être et demeurer dans sa présence parce que sa grâce nous a été accordée une fois pour toute.

Je crains que parfois nous nous comportions comme ceux qui n'avaient rien reçu  de l'amour de Dieu et de son pardon en son fils,  Le plaisir de David était d'être dans les parvis de Dieu un jour dans tes parvis valent mieux que mille ailleurs.  

 

 

LA COURSE

Le chapitre 12 parle de 3 étapes dans cette course.

 - la Première est: le jour où nous avons accepté Jésus-Christ en nous,  c'est  à dire nous ne sommes plus sous la loi du péché et de la mort,  mais l'Esprit de vie nous a affranchi de ces lois Romains 8 : 1 plus de condamnation.

 - la Deuxième étape est: Dieu fait en nous une œuvre de sanctification,  oui cette mise à part et de transformation que Dieu opère en nous par le Saint Esprit en nous, avec notre participation.

 - la Troisième étape à cette course est la fin de la course, c'est la vie éternelle avec Dieu. Où  nous serons avec lui, dans sa présence éternelle. 

C'est le cœur dans l'annonce de l'évangile Jean 3:16   La question est: comment allons-nous finir la course?

C'est aussi ce que dit Paul dans 2 Timothée 4: 7,8  J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.  Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

Mais dans cette course,  il y a bien des choses qui peuvent nous empêcher d'avancer, de progresser et de produire du fruit qui vienne à maturité.

Le verset 1,  nous ouvre les yeux sur ce qui peut ralentir notre course.   

1 - LE FARDEAU ET LE PECHE  

Déjà Qu'est-ce qu'un fardeau? 

Définition: C'est une chose pesante qu'il faut soulever ou porter, un poids.

Essayer de vous imaginer ce marathonien qui porte un poids 50 kg sur les épaules et va courir 30km avec ce poids, il peine, il trébuche, il s'essouffle, il se fatigue.

Ce qui est pénible à supporter, qui dérange, ou nous ralentit.   Nous pouvons être chargé d'un fardeau qui nous encombre qui pèse sur notre vie. Faire la liste de ce qui nous ralentit dans notre progression, ça peut être la maladie, le découragement, la souffrance, un sentiment d'échec, la culpabilité, l'avenir, peut-être le sentiment de ne pas être compris par les autres, la frustration  peut devenir un poids.

Le fardeau que nous portons devient plus important, il prend des proportions qui empêche d'être: ce que Dieu veut que je sois. Dans son appel à le suivre, Dieu veut encore nous faire comprendre que son amour reste le même, le diable sait très bien grossir les problèmes, les situations, d'une petite chose elle devient une montagne. Comme un géant qui nous bouche la vue.

L'ennemi de nos âmes est ce voleur qui vient pour dérober, égorger et détruire. Mais Le Seigneur lui est venu nous donner  une vie abondante, mais il veut aussi nous rendre vigilent quant aux  dangers de nous laisser ravir les choses que nous avons reçues de lui dans sa grâce imméritée.

Ce qui est important dans ce passage, c'est le verbe  qui précède le fardeau. 

C'est le verbe rejeter quelque chose que nous pouvons faire et devons faire.

 « Courir en Rejetant tout fardeau »  c'est un acte d'obéissance et Dieu fait le reste pour nous libérer.

Ce n'est pas lui qui l'enlève, comme si nous n'avions rien à faire, cela nous appartient de le faire pour avancer. 

La traduction parole de vie dit: Nous aussi, tout ce qui nous empêche d'avancer.

Dans Marc 10: 45 il est question, d'un mendiant aveugle qui est assis sur le bord du chemin mendiant et qui apprend que Jésus passe par là et qui va crier Jésus fils de David aie pitié de moi. Même les disciples le faisaient taire pour ne pas déranger Jésus, mais il criait plus fort, et Jésus l'appelle à venir à lui.

Vous connaissez la suite du récit verset 50  L’aveugle jeta son manteau, et, se levant d’un bond, vint vers Jésus.

Vous avez entendu? Se levant d'un bond,  jeta son manteau, il a pris la décision de ne pas en rester là. Il s'est levé pour aller en direction de l'appel de Jésus.

On reconnaissait cet homme certainement à cause de son manteau, on ne voyait que son manteau  Pour nous, ce n'est certainement pas un manteau qui nous dérange dans notre course, mais peut-être une mauvaise habitude, elle est devenue notre quotidien, on pourrait mettre ce que vous savez qui vous empêche d'avancer dans le plan parfait de Dieu.

C'est un acte volontaire de notre part.  De rejeter, les choses qui nous encombrent dans notre course. Je vais vous montrer parce que j'ai chaud, tomber la veste, laissez tomber vos poids, les mettre loin de nous, rejeter est un mot fort comme quelque chose dont nous devons nous débarrasser parce qu'il peut rester et devenir péché aussi en nous.

Dieu va remplacer notre fardeau par autre chose, sa paix sa joie, car son joug est doux et son fardeau léger.

On remarque aussi le contraste entre fardeau et péché. 

Mais les deux sont un obstacle dans la course si nous gardons le  fardeau il peut aussi devenir péché.  La colère, l'amertume, le doute, le manque de pardon envers quelqu'un qui nous a blessé.   

Le péché est une puissance de mort, qui nous entraîne vers le bas, dans les ténèbres,  nous accusons Dieu face à nos fardeaux et peut- être les autres. Si nous le laissons prendre de la place en nous il va gagner du terrain sur notre cœur et dans notre  communion avec le Seigneur. Le Seigneur veut nous accorder sa grâce, son pardon ce matin. 1 jean 1: 9 «si nous confessons notre péché, la Bible dit il est fidèle et juste pour nous pardonner et nous purifié de toute iniquité.»

 2 - courons avec persévérance dans  LA CARRIERRE OUVERTE  LES REGARDS  SUR JESUS

Alors dans cette course cette carrière où nos regards sont fixés sur Jésus, le chef et le consommateur de notre foi.

Une carrière, un lieu propice à la course comme un athlète qui court pour remporter le prix. C'est la voie dans laquelle nous courons. Il faut de l'endurance, de la persévérance pour aller jusqu'au bout, de notre course.

Comme tout athlète pendant la course il faut boire et se nourrir. Nous avons ce qu'il faut, Dieu nous a donné sa parole pour ne pas dépérir et de son Esprit pour fortifier notre être intérieur alors ne disons pas je n'ai rien pour me fortifier.

Elie déprime, il a pu marcher 40  jours et 40 nuits jusqu’à Horeb avec la nourriture que Dieu lui a donné.

Fortifie toi dans la Grâce qui est en Jésus-Christ

Jésus est le chef suprême de ma foi, il voit le bout de ma course, il sait comment me conduire dans ses plans et non dans les miens.

Est- ce que j'accepte qu'il puisse prendre le contrôle de ma vie? Alors il faut lui abandonner, lorsque nous lui disons, Seigneur guide moi, alors il est fidèle dans ses promesses pour nous conduire et nous instruire.

Le mot grec utiliser pour traduire le chef, l'auteur est archegos et signifie littéralement: Prince, chef. On pourrait le rendre dans le langage d'aujourd'hui par: Leader. Le chef suprême c'est le Seigneur qui amène notre foi à maturité.

Jésus, demeurant en nous par son Esprit a la puissance pour que nous parvenions au but de notre course. 

Il été jugé à notre place en vue de la joie qui lui était réservée, vous entendez cela?

Cette joie auprès du père avant de venir parmi les hommes, il a souffert la croix, méprisé l'ignominie. 

Racheter par son sang, il a pris tous mes péchés, ceux du passé, mais aussi ceux du présent et de demain tous mes péchés. Le Seigneur est l'exemple parfait, il sait, ce que c'est de souffrir, d'être éprouvé et d'être tenté comme nous en toute chose sans commettre de péchés.

Hébreux 4 nous en parle v 14, 16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

 

3 - La course et LA DISCIPLINE du Père

La suite dans cette course c'est la discipline ou la correction du Père, Notre Père céleste et on pense que lorsque nous sommes éprouvés on pense que c'est Dieu qui nous punit, c'est possible  Comme à toute enfant à qui l'on apprend l'obéissance. 

Lisons Hébreux 5 verset 11 « Et vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils: Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend;  Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils ». 

Proverbes 10 verset 17 « Celui qui se souvient de la correction prend le chemin de la vie, Mais celui qui oublie la réprimande s’égare ».

Nous ne sommes pas des enfants illégitimes,  il y en a encore à venir des fils et des filles pour qui nous prions, des fils prodigue pour qu'il revienne à la maison du père.

Mais pourquoi notre père céleste nous corrige?  Pour notre bien. 

« mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. » 

Il veut me rendre participant de sa sainteté !

C'est la bénédiction qu'il répand sur son église dans sa sainteté.

Afin que nous participions à sa sainteté. 

Réalisons cette parole sa sainteté dans notre vie participant

C'est vrai que la barre est haute, si nous regardons avec notre vue humaine, limitée, mais Dieu voit son fils en nous et l’œuvre qu'il fait en nous il le fait à travers Christ. Être saint comme lui est saint quel grâce d'être comme lui.

Le désir de nos cœurs est d'être comme lui, oui Seigneur je le veux, apprends-moi à être obéissant.

Ce n'est plus moi qui vit mais c'est Christ qui vit en nous, c'est cela NOËL, Christ en nous lui ressembler 

Pour terminer mon message j'ai gardé le meilleur pour la fin.

« Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse et non de joie;

mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. »

Un fruit qui va se manifester autour de nous, comment réagissons nous face la paix et la justice de Dieu.      

Nous témoignons de ce que Dieu a fait et ce qu'il fait encore aujourd'hui.  Voilà notre course les autres voient afin que les autres entrent aussi dans cette course les yeux sur Jésus                                                                                   

Conclusion

 - Alors ce matin, peut être que j'ai arrêté de courir et même de marcher avec le Seigneur parce que le fardeau et peut être même le péché a pris place et est devenu trop lourd.

- Nous pouvons et devons le rejeter et regarder à celui qui veut déposer sa paix dans nos cœurs

- Courons avec persévérance les regards sur Jésus le modèle parfait de la souffrance

- Acceptons la discipline du Seigneur dans cette course sachant que nous sommes ses enfants

- Nous allons porter un fruit qui va le glorifier par notre témoignage.  

Yves Rosay

 

 

 

Adresse

Eglise Apostolique
2 rue du Moulin Enragé 76170 Lillebonne


Téléphone

06 82 42 08 37

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Apostolique