Eglise Apostolique
Eglise Apostolique

Culte du dimanche 11 novembre 2018

 JACOB ET SES FILS

Avant de commencer le message que j’ai sur mon coeur. J’aimerai prendre ce temps pour dire merci à nos pasteurs. C’est une joie pour moi de pouvoir partager la parole de Dieu et de pouvoir participer sur le thème de l’année qui s’attache au texte de 2 corinthiens 5.17 «  Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; Voici, toutes choses sont devenues nouvelles[1]. » C’est une thématique qui nous appelle à regarder à Jésus, à nous rapprocher de notre Seigneur, afin de croître dans sa présence. Lorsqu’ils ont annoncé le verset de base, les jours qui ont suivi, je me suis intéressé à la lettre 2 corinthiens 5 et j’ai aimé ce que j’ai lu. Voici un extrait: «Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconcilié avec lui par le Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation[2] ». Jésus est venu nous réconcilier avec le père et il nous permet de participer à son ministère de réconciliation entre Dieu les hommes éloignés de lui.  Nous avons cette grâce de pouvoir collaborer avec Dieu pour nos voisins mais aussi pour nos membres de notre famille. Pour ceux, qui nous rejoignent, nous sommes en parallèle, de ce verset clé de l’année, sur le thème de la famille. La semaine dernière nous avons eu la parole annoncée par Robin qui a prêché sur la relation entre Jacob et Léa et Rachel. Aujourd’hui, je vais continuer sur la famille de Jacob mais en évoquant la relation entre Jacob et ses fils.

Alors que je préparai ce message, voici que la relation familiale qui me venait à coeur, après avoir lu, est l’histoire de Dina en genèse 34 et 35.1-2. Mais avant un peu de contexte.

 

Contexte:

Jacob est de la lignée d’Abraham. Dieu a choisi sa tribu, sa famille pour être un représentant de Dieu dans la société qu’ils vivent. Il fait de la tribu de Jacob une tribu à part, une tribu élue de Dieu. Par cette élection, la promesse faite à Abraham lui est donc acquis par droit de naissance. Cependant, il faudra une rencontre personnelle, que nous observons un peu plutôt (Gen 28.10 à 22), pour être en relation avec Dieu et connaitre Dieu. La tribu de Jacob n’est pas encore le peuple Israël. Ce sont des nomades qui voyagent de territoire en territoire pour faire vivre leurs troupeaux. Ils ont besoin de vivre et ils sont donc amenés à découvrir d’autres nations différentes de la leur. Nous avons aussi des informations sur la relation parentale de Jacob. Nous savons que l’équilibre parental était difficile pour les enfants. C’est dans ce contexte que nous pouvons lire l’histoire de Dina et de la relation entre Jacob et ses fils. Pourquoi Dieu nous appelle être un bâtisseur spirituel[3] pour sa famille? Nous verrons dans un premier temps, que les évènements de notre entourage nous affectent. Dans un second temps, nous verrons que ce que nous bâtissons, nous le récolterons. Dans un dernier temps, nous verrons que Dieu nous appelle à être un bâtisseur spirituel pour sa famille.

 

I - lorsque les évènements affecte notre entourage: Que bâtissons nous?

L’histoire de Dina nous parle d’une jeune fille chrétienne; fille d’un père découvrons la foi ou pourrions-nous dire chrétien; qui a grandi dans sa famille avec ses valeurs, ses défis familiaux et une découverte de la foi chrétienne avec ses principes de vie. Alors que sa famille, celle de Jacob, s’arrête sur le territoire de Sichem. Elle va à la rencontre des jeunes filles de la ville. Pendant ce temps de découverte, un jeune homme, prince du pays, la voit, l’enlève et couche avec elle. Cet homme tombe amoureux de Dina et il la veut comme épouse. Alors comme le veut la tradition de l’époque. Les mariages s’arrangent entre les parents. 

Genèse 34.5-7 « Jacob appris qu’il avait déshonoré Dina, sa fille et comme ses fils étaient aux champs, il garda le silence jusqu’à leur retour. Hamor, père de Sichem, se rendit auprès de Jacob pour lui parler. Et les fils de Jacob revenaient des champs, lorsqu’ils apprirent la chose; ces hommes furent irrités et se mirent dans une grande colère, parce que Sichem avait commis une infamie en Israël, en couchant avec la fille de Jacob, ce qui n’aurait pas dû se faire. »

C’est un évènement inattendu dans la famille de Jacob, sa fille a été déshonorée par rapport aux valeurs que sa tribu a et qui a été donné par l’Éternel. Elle a eu un rapport sexuel non consenti ou consenti avec un étranger de la tribu. C’est un déshonneur commis pour les frères de Dina et pour Jacob son père.  Toutefois, nous pouvons observer que le déshonneur commis contre Dina se retrouve être un évènement qui affecte son entourage. A en croire que c’est eux qui ont été déshonorés. A tel point que l’on observe trois réactions qui ont été bâti par cet évènement.

La première personne à observer est Jacob face à ce déshonneur. Il est dit que Jacob « garda le silence jusqu’au retour de ses fils ». La Bible ne nous révèle pas que Jacob réconforte sa fille. Nous savons juste qu’il garde en silence un déshonneur commis contre sa fille. Jacob est surement impuissant, affligé, perdu face aux valeurs qu’il a transmises à sa fille et que celle-ci n’a pas respectées.

Le deuxième groupe de personne sont les frères de Dina. Pour eux, ce déshonneur commis les irrite, et les mire dans une grande colère. Les frères sont comme des jeunes personnes en découverte de la foi. Elle recherche à faire les choses bien mais aussi à exprimer leur ressenti. Pour eux, le peuple élu de Dieu, Israël n’aurait pas dû être abimé. C’est une réaction normale et compréhensible de leur part. Quel frère ou soeur n’est-il pas secoué lorsqu’il apprend que dans ses liens familiaux son frère ou sa soeur a subi une injustice.

La troisième personne, c’est Dina. C’est elle qui est au premier plan de tout cela, c’est elle qui a subi ce déshonneur. Nous ne savons même pas ce qui se passe. Je n’ai rien à dire à son sujet.

 

Ecouter bien ceci: On ne connait pas la réaction de Dina, mais on connait celle de sa famille. Où est l’expression de Dina dans cette évènement, que ressent-elle? La Bible ne nous en parle pas, mais elle montre bien qu’aujourd’hui c’est pareil.

 

Illustration: (assis sur deux chaises, on imagine que l’un conduit) Lorsque ton proche s’approche de toi car il a besoin de se confier en toi et toi tu réponds même avant que lui réponde. Tu sais lorsque ton fils/ ta fille vient te voir et qu’il te dit: Papa/ maman j’ai besoin de te dire quelque chose ou alors rien que part le surnom que votre proche vous donne vous savez dans quelle ampleur va prendre la discussion que l’on se braque avant même qu’il ait parlé. Nous sommes dans une société ou le « nous » résoudre mais nous protégeons et résoudrons le « moi ». (Dans le groupe de la jeunesse de Lillebonne, nous sommes sur une thématique intitulé « Tout m’est permis ». Cette thématique est basée sur le texte de 1 corinthiens 10.23-24. Dieu nous parle dans notre coeur en disant que tout m’est permis mais que tout n’édifie pas. Et la suite nous parle de recherche l’intérêt de son prochain au lieu de chercher son propre intérêt.) Car le moi dans les évènements qui m’affecte passe souvent avant la volonté de Dieu et de celui qui est affecté par la situation. Mes frères, Mes soeurs, parents, enfants que décidons-nous de bâtir avec nos proches. Une relation de distance ou une relation de proximité.

 

Dans nos vies, nos proches vont être affectés par des évènements qui vont le bousculer dans ses croyances dans ses convictions. Lorsqu’un membre de ta famille s’approche de toi, retire la pression que tu te mets pour lui pour l’accueillir. Et pour cela, je sais que c’est difficile. Mais Prie Dieu pour qu’il te montre le plan qu’il a prévu à travers les membres de ta famille. Que Choisis tu de bâtir?

 

II - Ce que nous bâtissons nous le récoltant?

 

Lorsque je bâtis quelque chose c’est pour y trouver un intérêt qui nous avantage. Alors les fils de Jacob parlent avec ruse pour être dans leur avantage et pour répondre à la colère qui est en eux. Alors que Hamor, père de Sichem arrange le mariage. Il propose de faire alliance entre les deux tribus. Les frères de Dina accepte le marcher, sous la condition que la circoncision soit pratiquée par le peuple de Sichem, afin de faire alliance avec eux.  Il  y a un plan derrière tout cela. Mesdames si votre mari vous énerve, pratiquez la circoncision. Vous serez en paix pendant plusieurs jours. Selon des commentaires bibliques, l’homme reste allongé pendant plusieurs jours car il souffre de l’opération. C’est aussi pour cela que le peuple d’Israël, à la demande de Dieu l’a pratiqué dès les premiers jours de la naissance de l’enfant pour éviter d’en souffrir. Et c’est dans l’optique d’attaquer, en sachant la souffrance, qu’ils leurs demandent de pratiquer la circoncision dans le but est d’aller les attaquer.

 

Voici l’intérêt que recherche Siméon et Lévi, frère[4] de Dina:  Gen 34.25 «Le troisième jour, pendant qu'ils étaient souffrants, les deux fils de Jacob, Siméon et Lévi, frères de Dina, prirent chacun leur épée, tombèrent sur la ville qui se croyait en sécurité, et tuèrent tous les mâles ».

 

La colère et l’irritation sont bonnes mais si elles sont mal utilisées, elles deviennent une cible manquée, un péché pour notre relation avec Dieu. La colère est une expression qui nous est donné par Dieu pour exprimer une injustice et pour répondre à une injustice. Le faite d’être en colère de la part de Lévi et Siméon se comprend, mais elle ne s’accepte pas. Ils ont bâti une violence pour répondre un déshonneur. Ils ont tué, convoiter les femmes de ce pays en les prenant avec eux, et ont volé l’or et les bijoux de cette nation. Alors que Dieu n’est pas pour tout cela.

Ce rendre justice par soi-même, c’est se responsabiliser pour la faute de son prochain. C’est-à-dire que je me rends juge de la situation et je porte mon verdict en me rendant justice. La loi en France punit ceux qui se rendent justice par eux même. Pour les Frères de Dina et Lévi voici ce qu’ils ont bâti. Genèse 49.5-7 «Siméon et Lévi sont frères; Leurs glaives sont des instruments de violence. Que mon âme n’entre point dans leur conciliabule, que mon esprit ne s’unisse point à leur colère, ils ont tué des hommes, et, dans leur méchanceté, ils ont coupé les jarrets des taureaux. Maudite soit la colère, car elle est violente, et leur fureur, car elle est cruelle! Je les séparerai dans Jacob, et je les disperserai dans Israël. » Nous comprenons que cette actes qu’ils ont commis est resté dans le coin de la tête du père et lors de sa mort. Il leur dit que leurs actions ne les portnt pas à être l’ainé de la famille alors que par nature il devrait l’être puisque Ruben le fils ainé a été aussi déchu à cause d’une impulsion sexuelle avec une concubine de son père. Nos actions contraires à la volonté de Dieu nous éloignent de lui, mais sa grâce nous suffit. L’épitre de Jacques nous invite à rechercher la paix dans les moments où les oeuvres nous font mal. Jacques 3.13-18 «Lequel d'entre vous est sage et intelligent ? Qu'il montre ses oeuvres par une bonne conduite avec la douceur de la sagesse. 14 Mais si vous avez dans votre coeur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité. 15 Cette sagesse n'est point celle qui vient d'en haut; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique. 16 Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. 17 La sagesse d'en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d'hypocrisie. 18 Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix. » Le problème est que parfois nous nous rendons compte de notre culpabilité qu’après avoir agi. Je ne suis pas là pour vous dire que Comme Lévi et Siméon vous ne méritez pas la grâce de Dieu. Au contraire, la Bible dit que celui qui reconnait ses tords qu’il confesse son péché et par Jésus nous sommes réconcilié avec le père. Les choses anciennes sont passées, toute choses sont devenues nouvelles car par la réconciliation avec Dieu par Jésus, je suis une nouvelle créature.  En étant une nouvelle créature, j’ai la grâce de pouvoir m’approcher de Dieu pour être un bâtisseur spirituel pour ma famille.

 

III- être un bâtisseur spirituel pour sa famille

 

Dans les évènements que nous vivons les temps d’échanges avec nos enfants ne sont pas à ignorer. Vous qui êtes parents savez mieux que moi, le temps que vous aimeriez passer avec vos enfants, mais la vie du travail, pour subvenir au besoin de la famille, fait que vous n’avez pas le temps que vous aimeriez avoir avec eux. Mais ne soit pas déçu des temps que tu passes avec eux. Au contraire profite de ces temps pour édifier tes enfants. Enfants vous qui n’avez pas beaucoup de temps avec vos parents profitez de ces temps que vous avez avec eux pour les honorer.

Dieu a pris un temps avec son serviteur Jacob. Alors que Jacob est dans l’angoisse. Dans la détresse, il est troublé par les gestes de ses fils. Voici que Dieu intervient pour le réconforter et lui rappeler que son Dieu est à ses côtés. Dieu te bâtit comme une personne capable d’être un bâtisseur spirituel avec son Dieu. Ce sont des temps que chacun d’entre nous devons prendre à part pour louer Dieu et le reconnaitre comme étant notre Dieu, notre sauveur.

Mais Jacob ne s’arrête pas à cette relation intime. Ce qu’il vit avec Dieu. Il le partage avec sa famille afin de les équiper. Vous savez, lorsque j’étais à l’école du dimanche, une des choses que j’aimais voir est de voir des enfants qui ont la foi de croire que Dieu interviendra  pour leur amis, pour leur proches. Mais ça ce n’est pas moi qui leur ait appris, ce sont leur parents.

Illustration: Quand on parle de la transmission générationnelle. Je réfléchis à ce que je pourrais retenir et ce que je voudrais garder dans mon foyer un jour. Si il y a bien une chose que je veux garder ce sont les temps que nous prenions en famille avant de dormir. Savez-vous de quoi on parle, de quelle histoire on discute, régulièrement. [Lancement de la musique le Livre de la jungle] Je suis sûr que vous faites le bon chrétien et que vous vous êtes dit les histoires de la Bible. Non, pour ma part c’est le livre de la jungle et aussi la Bible. Pendant ces soirées, j’ai appris à prier, à m’intéresser aux histoires de la Bible, à être persévérant, car l’objectif de mes parents étaient que leur Dieu deviennent mon Dieu avant tout et non que le Dieu de mes parents soit le Dieu que mes parents suivent. Et j’ai constaté que des prières que nous avons fait pendant 20 ans se sont réalisées au mois de juin 2011. Le batpême de mon oncle Hervé. Mais je pourrais aussi vous raconter les prières de nos enfants, à l’école du dimanche. Un enfant a demandé la prière pour son ami qui a eu un accident de voiture. Il était entre la vie et la mort. Une semaine après je suis revenu le voir, et il m’a dit que son ami était en vie et que cela allait dans le mieux. Ou d’un autre enfant qui n’est pas content d’être énervé contre sa soeur ou son frère et on prie pour cela et la semaine qui suit, elle te dit, je m’énerve moins contre ma soeur. Dieu est un Dieu qui fait grâce à celui qui vient le voir et qui reconnait qu’il a besoin de Jésus dans sa vie.

 

Pour conclure, Nous sommes dans un monde où les relations entre êtres humains existent. Les conflits sont présents car on recherche notre propre intérêt. Aujourd’hui nous sommes 100 ans après la fin de la seconde guerre mondial. A 11H le cesser de feu a été inscrit. La guerre se termine maintenant pour le monde. La paix a été la solution donnée pour arrêter tout ce massacre. Veux tu faire de ce jour un jour de paix pour ta vie?

Et pendant que je préparai cette prédication, ce message.

1)J’ai à coeur que l’on prie pour les parents qui sont impuissants face au choix de leur enfants, ces parents sont même déçu de leur éducation. J’aimerai te dire que tu as fait ta part du travail comme Jacob et que comme ses fils, tes enfants font leurs propres choix de vie.

2) le second groupe sont pour les personnes qui ont été affectées par la relation de ses parents. Ils en veulent à leur parents et accusent même leur parents de ce qu’ils sont devenus. J’aimerai te dire que tes réactions c’est toi qui les a choisi. Mais aujourd’hui ton Dieu te pardonne de tes gestes et il aimerait que tu revienne auprès de lui pour te restaurer.

 

Que la Paix de Dieu vous accompagne dans les temps difficiles de votre vie.

 

[1]  Bible Louis Segond, 2corinthiens 5.17

[2] idem

[3] [J’entends le mot bâtisseur, dans le sens d’amener Jésus au centre de sa famille. De faire en sorte que lorsque l’enfant sera en choix d’être enfant de Dieu, qui puisse se servir de ce qu’on lui a appris pour se rapprocher de Dieu.]

[4] Lévi, Siméon et Dina et (Juda pas cité dans ce texte) sont né de la relation de couple Jacob et Léa. 

 

Johan LEPREVOST

 

Adresse

Eglise Apostolique
2 rue du Moulin Enragé 76170 Lillebonne


Téléphone

06 82 42 08 37

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Apostolique