Eglise Apostolique
Eglise Apostolique

Culte du dimanche  13 août 2017

 

La maturité chrétienne

1 Corinthiens 3:1-23

 

 

Dans notre église, nous sommes heureux d'avoir beaucoup d'enfants. Chaque semaine, quand les enfants partent pour aller à la garderie ou à l'école du dimanche, il semble que la moitié de l'église quitte la pièce. C’est vrai qu’il y a les enfants et puis ceux qui les accompagnent et qui, pour certains reviennent un peu plus tard!

Chaque enfant fait la joie de ses parents, mais ça demande aussi beaucoup de travail, parce qu'un enfant, surtout quand il est bébé, ne sait pas faire grand-chose par lui-même. Mais un bébé ne reste pas toujours bébé, heureusement, il va grandir, il va apprendre et il va mûrir. Ses besoins et ses attitudes changent et nous sommes contents de voir qu'il avance. Dans l'église de Corinthe, il y avait aussi beaucoup de bébés, selon l'apôtre Paul. Mais il n'est pas toujours aussi positif dans son regard sur  certains de ces bébés.

 

1 Corinthiens 3: 1 à 3

3.1  Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ.

3.2  Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels.

3.3  En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels et ne marchez-vous pas selon l'homme?

 

Dans ce verset 1, Paul parle de la situation de l'église au début de son ministère, dans la ville de Corinthe. Il y avait des nouveaux chrétiens, ils ont entendu le message de la croix, c'est à dire ce que signifie la mort et la résurrection de Jésus, ils se sont repentis, ils ont été pardonnés par Dieu et ils ont reçu l'Esprit Saint. Selon la terminologie du Nouveau Testament, on peut dire qu’ils sont nés de nouveau, ils sont des bébés chrétiens. Par la suite, une église fut fondée à Corinthe avec toutes ses limites, ses problèmes.

Pour comprendre la nature du problème à Corinthe, il faut regarder comment Paul emploie le mot "charnel". Ce mot se trouve trois fois au début du passage que nous venons de lire. Ce mot est la traduction de deux mots grecs semblables, sarkikoi et sarkinois. Ils ont des sens un peu différents, bien qu'ils aient la même racine: le mot "sarx" qui se traduit par "la chair".

Aujourd'hui, une définition simple peut nous suffire. Etre charnel, c'est vivre comme une personne qui ne connaît pas Dieu. Mais, cependant, il faut voir un peu la différence entre les deux mots par rapport à ce qui se passe à Corinthe.

 

Au verset 1, Paul parle des nouveaux chrétiens, les bébés dans la foi qu'il appelle "charnels", les sarkinois. Paul ne les critique pas. Ceux qui sont charnels n'ont pas le choix à propos de ce qu'ils sont. C'est leur nature. Un bébé, c'est un bébé. Paul ne leur adresse pas de reproche. Il est naturel que ceux qui sont des nouveaux chrétiens soient des enfants en Christ. Ils ont certains besoins et une certaine connaissance de la vie chrétienne. Ils expérimentent cette nouvelle vie, la grâce de Dieu, l'Esprit et toutes les autres choses pour la première fois. Ils ne sont pas des disciples parfaits tout de suite. Les attitudes et le comportement de l'ancienne vie traînent un peu. Mais l'attente, c'est qu'ils grandissent.

 

Quand Paul a écrit sa lettre aux Corinthiens, l'église avait déjà au moins 7 ans. Paul dit qu'ils étaient charnels au début, mais ils sont toujours charnels 7 ans plus tard. Ils n'ont pas avancé vers la maturité. Aux versets 2 et 3, le mot "charnel", les sarkikoi, suggère que ceux qui sont charnels sont comme ça parce qu'ils ont décidé de rester comme ça. Ils auraient pu changer et mûrir, mais ils restent "enfants". Encore pire, ils se croient déjà adultes, malgré un comportement enfantin. Comme on peut le voir par ailleurs, certains Corinthiens prenaient les dons spirituels pour des jouets d'enfant, des babioles. Ils s'amusaient bien et ils étaient contents de rester comme ça.

 

Puisqu'ils étaient enfants, au début, Paul leur a donné une nourriture appropriée à leur âge spirituel. Il a donné du lait aux Corinthiens et non pas du bifteck. Paul ne pouvait pas leur donner de la nourriture solide, parce qu'ils n'étaient pas prêts à la recevoir. Et ils ne le sont toujours pas apparemment! Paul ne précise pas ce qu'est le lait ou la nourriture solide dont il parle. Il parle de son enseignement dans l'église de Corinthe. Ce n'est pas le contenu du message qui est visé, mais plutôt sa façon de parler et d'enseigner.

 

Le message qui est présenté est le même, mais la présentation varie selon les capacités des auditeurs. Nous savons bien qu'on ne peut pas parler avec un enfant comme on parle avec un adulte. Il faut pouvoir simplifier. Sinon, ce que nous disons passe au-dessus de la tête de l'enfant. Mais, il y a aussi des choses qu'on ne peut pas enseigner aux enfants, parce qu'elles demandent déjà une certaine maturité ou connaissance. Par exemple, on ne parle pas d’astrophysique quand on veut  chanter "Au clair de la lune" avec un enfant de deux ans! Et c'est bien normal. Donner à un enfant un enseignement qui est au-delà de ce qu'il peut comprendre ne sert à rien, sauf à confondre et décourager l'enfant.

Les problèmes commencent lorsqu’un enfant grandit et ne veut pas apprendre des choses qui sont plus en accord avec son âge, des choses qui demandent plus de réflexion et plus de concentration. On sent alors qu’il risque d’y avoir des problèmes dans ses apprentissages.

 

Au début de l'église, Paul a prêché un message simple, quelque chose que les Corinthiens ont pu avaler. Mais ils se contentaient de cette nourriture simple et très agréable, croyant qu'ils avaient trouvé tout ce dont ils avaient besoin. Ils se sont accrochés aux choses de base, surtout l'enseignement sur les dons spirituels, avec la pratique qui y était associée. Ils étaient pris par ce qu'ils avaient déjà reçu et semblaient en être satisfaits. Un peu comme un enfant qui s'accroche à ses jouets, et qui n’est pas prêts à lâcher ce qu'il considère comme "les siens" pour avancer dans la foi.

 

Le fait que les Corinthiens soient toujours enfants et qu'ils ne boivent toujours que du lait nous montre la source du problème. Un jeune enfant, c'est l'égoïsme ultime et c’est dans sa nature. En général, il ne pense qu'à ses besoins et ses désirs. Il faut parfois des années avant qu'un enfant apprenne à considérer les autres. Ceci est précisément le problème des Corinthiens. Ils ne pensent qu'à eux-mêmes. Ils sont égoïstes et leur égoïsme se voit dans ce qui se passe dans la communauté. Chez les Corinthiens, l'immaturité est devenue la cause des divisions dans l'église. Oui, ils sont convertis. Oui, ils ont reçu le Saint Esprit, c'est d’ailleurs pourquoi Paul les appelle "frères" et dit qu'ils sont "en Christ". Mais ils ne cherchent pas à grandir, mûrir et servir. Ils se contentent de lait spirituel, malgré le fait qu'ils devraient être beaucoup plus avancés dans la foi.

 

Les symptômes du problème: des divisions

1 Corinthiens 3: 3 à 4

3.3  En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels et ne marchez-vous pas selon l'homme?

3.4  Quand l'un dit: Moi, je suis de Paul et un autre: Moi, d'Apollos, n'êtes-vous pas des hommes?

Comme je vous le disais, à la base, être charnel, c'est vivre comme une personne qui ne connaît pas Dieu. L'opposé, c'est l'homme spirituel dont Paul parle au verset 1. C'est quelqu'un qui a reçu le Saint Esprit dans sa vie et qui est conduit par l'Esprit dans tout ce qu'il fait. Il manifeste le fruit de l'Esprit dans sa vie. Le fruit de l'Esprit, selon Galates 5:22, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. Ce fruit est la marque de la personne spirituelle. Là où nous voyons l'évidence de ces choses dans la vie d'un chrétien, nous pouvons dire qu'il vit comme un homme spirituel.

 

Au contraire, selon Galates 5:19-21, les œuvres de la chair "ce sont la débauche, l'impureté, le dérèglement, l'idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table et les choses semblables." Ce sont les marques de la personne charnelle. Peut-être pas tous au même moment, je l’espère en tous cas, mais ils sont symptômes d'un problème.

Ce sont quelques-uns de ces symptômes que Paul voit à Corinthe. Il vise en particulier les jalousies et les disputes. Paul dit "Comme cela vous êtes charnels." Il poursuit cette idée en disant "n'êtes-vous pas des hommes?" Il veut dire qu'ils sont comme les hommes dans le monde sans Dieu.

 

Si nous ne grandissons pas en tant que chrétiens, il y a des conséquences pour nous et pour l'église. Nous perdons de vue ce que Jésus veut faire dans notre vie. Il veut bien que nous parvenions à la maturité, à la stature parfaite de Christ, des hommes et des femmes spirituels. Un bébé ne pense pas trop à la maturité, parce qu'il est tout content là où il se trouve. Il en est de même lorsque nous sommes immatures et charnels, nous ne visons pas ce que Dieu veut faire en nous, c'est au-delà de nos horizons.

 

L'égoïsme et l'immaturité ont un effet néfaste dans l'église. Si nous ne pensons qu'à nous-mêmes, à nos besoins, à nos engagements, à nos impossibilités, à nos défilades, à nos excuses, à nos limites, à notre manque de temps, l'église souffre. Ce que j'ai pour moi-même devient plus important que ce que je donne à la communauté.

 

Nous voyons aussi, qu’avec l'égoïsme et l'immaturité, des problèmes relationnels peuvent naitre dans l'église. Dans une dispute ou un simple malentendu, les deux côtés ne pensent qu'à se justifier et avoir raison et non pas de résoudre ce problème pour la paix et l'édification de l'église. Corinthe nous en donne un bon exemple : le désir de proclamer tel ou tel responsable "le meilleur" a provoqué des disputes. Personne n'était prêt à rabattre ses prétentions. C'est pourquoi Paul doit leur écrire ce que nous venons de lire.

 

Enfin, il semble qu'il devient difficile de remarquer les différences entre la personne qui choisit de ne pas grandir dans sa foi et une personne non-croyante. Ils ont presque la même apparence, ils ont presque le même comportement. En plus, être charnel, c'est bien évidemment  laisser entrer plus facilement le péché dans sa vie.

 

 

A partir du verset 5, Paul commence à montrer aux Corinthiens comment ils devraient voir les choses. Avoir une bonne compréhension de comment Dieu voit l'église et va dévoiler les problèmes qui les empêchent de grandir dans leur foi et qui mettent l'église en danger. Pour faire ceci, il se sert de deux images courantes : l'image du champ et l'image du bâtiment.

 

L'image du champ

1 Corinthiens 3:  4 à 9

3.6  J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître,

3.7  en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître.

3.8  Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail.

3.9  Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu.

 

Les membres de l'église de Corinthe aimaient la sagesse. Ils cherchaient la sagesse et, au nom de la sagesse, ils se sont accrochés à leur responsable préféré. Certains aimaient Paul et sa façon de parler. D'autres préféraient les enseignements d'Apollos.

A cause de ces préférences et provoquées par l'immaturité, les divisions ont grandi dans l'église. Que les Corinthiens soient prêts à élever un responsable au-dessus d'un autre montre qu'ils n'avaient pas vraiment compris ce qu'est un responsable dans l'église. Paul les corrige: "Qu'est-ce donc qu'Apollos et qu'est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun."

 

L'idée que Paul veut faire passer dans les versets 5 à 9, c'est que les responsables dans l'église de Corinthe étaient égaux. Ils n'étaient pas en opposition. Ils cherchaient le même but: proclamer le message de la croix, enseigner et former l'église. Ils travaillaient ensemble pour y arriver, mais c'est Dieu qui a agi dans les cœurs des hommes pour faire croître l'église. Sa façon de parler montre aussi que Paul voit son ministère parmi les Corinthiens comme quelque chose de temporaire. En fait, il est resté à Corinthe 18 mois avant de partir. Le ministère d'un être humain est toujours temporaire, mais Dieu agit toujours dans son église pour la faire croître.

 

Paul veut que les Corinthiens mettent leur confiance dans le Seigneur et non pas dans le ministère des hommes. Bien que leur ministère ne soit pas à dédaigner.

Si nous regardons l’histoire de notre église de Lillebonne, nous voyons qu'elle a commencé dans les années 50, avec le Pasteur Dupont, puis les pasteurs Jéquier, Gloaguen, Berre, Jackson, Vavasseur, Rosay, Léonowicz et enfin Luc qui se sont succédés  Combien de temps restera-t-il encore? L'église continue, car (si) elle fixe les regards sur Jésus et non pas sur les hommes.

 

Paul ne nie pas l'importance des responsables d'une église, mais il veut qu'ils soient à leur place, tout en considérant que c’est Dieu qui fait croître.

 

L'image qu'il a amenée d'un travail agricole devient claire au verset 9: "Vous êtes le champ de Dieu." Il parle d'un champ dans lequel un travail se fait. Ce n'est pas un champ en friche, oublié.

 

Puis Paul dit des Corinthiens qu'ils sont aussi "l'édifice" de Dieu. C'est aussi une image active - un bâtiment en construction, un chantier mouvementé et non pas un vieux bâtiment à l'abandon.

 

L'image du bâtiment

1 Corinthiens 3:9à15

3.9  Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu.

3.10  Selon la grâce de Dieu qui m'a été donnée, j'ai posé le fondement comme un sage architecte et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus.

3.11  Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus Christ.

3.12  Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l'œuvre de chacun sera manifestée;

3.13  car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu et le feu éprouvera ce qu'est l'œuvre de chacun.

3.14  Si l'œuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense.

3.15  Si l'œuvre de quelqu'un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu.

 

A partir de la fin du verset 9, Paul change d'image. De quelque chose d'organique et vivant qui montre comment Dieu intervient et fait croître, il passe au minéral, à un objet construit - un bâtiment, image qui montre plus les responsabilités de ceux qui construisent.

 

Au verset 10, Paul commence en disant "Selon la grâce de Dieu qui m'a été donnée". La grâce dont il parle, ce sont les dons qu'il a reçus pour faire le travail qui lui a été accordé. L'église a besoin de responsables avec des dons différents, pour faire tout ce qu'ils doivent faire, ce qui ne veut pas dire qu'ils vont faire tout.

 

Tout ce qui suit dans ce que Paul dit repose aussi sur le fait que nous travaillons par la grâce de Dieu. C'est lui qui nous appelle, c'est lui qui nous équipe, c'est lui qui nous forme et qui nous envoie, sans lui, nous ne pouvons rien faire de bon. Comme le Psaume 127 dit "Si l'Éternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain."

 

Paul va donc parler de ce qu'il a fait à Corinthe, de la valeur même de son travail, mais il n'oublie pas que son travail s'est fait par la grâce de Dieu. Il n'y a pas d'arrogance dans ce que Paul va dire.

 

Au verset 10, il s'appelle un sage architecte, il dit qu'il a bien fait son travail. A l'époque de Paul, l'architecte était très impliqué dans la construction d'un bâtiment, de A à Z. Nous pouvons l'appeler le maître ouvrier du chantier. Il était responsable pour le commencement de la construction de l'église de Corinthe. Il a posé le fondement. Et il nous explique que la nature du fondement de l'église; c'est Jésus-Christ.

 

Le fondement de l'église a été posé par la prédication du message de la croix. La vérité en ce qui concerne Jésus: sa divinité, son ministère, sa mort, sa résurrection et son ascension suivie par l'envoi du Saint-Esprit, c’est la doctrine fondamentale de l'église. Sans cela, il n'y a pas d'église, il n'y a pas de chrétiens. Il n'y a pas d'autre base pour notre confiance. Et c'est cette vérité que Paul a prêchée à Corinthe. C'est ce qu'il a fait quand il a dit au chapitre 2 "Car je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié."

 

A Corinthe, Paul a fondé une église sur la prédication de l'évangile. Il a établi les doctrines et les principes de base dont l'église avait besoin pour vivre la vie chrétienne. Poser les fondements n'est que le début du travail, comme Paul le sait bien. Il s'attend à ce que d'autres viennent après pour construire sur le fondement qu'il a déjà posé. Mais ceux qui le suivent dans l'église sont chargés de prêcher la même vérité que Paul a prêchée. Ils n'ont pas le droit de changer les fondements, pour imposer des nouvelles idées ou apporter la sagesse du monde.

 

Comme nous l’avons vu, Paul parle de son enseignement quand il parle des fondements qu'il a posés. Au verset 12, nous trouvons une liste de matériaux de construction. Ces matériaux sont ceux que d'autres utiliseront pour bâtir par la suite. Ils sont aussi des enseignements. Ces matériaux sont divisés en deux catégories - de bons enseignements, représentés par l'or, l'argent et les pierres précieuses. Et de mauvais enseignements représentés par le bois, le foin et le chaume.

 

Comment est-ce qu'on peut être aussi certain que ceci est la bonne interprétation de ce que Paul dit?

Les versets 16 et 17 nous donnent la clé :

3.16  Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l'Esprit de Dieu habite en vous?

3.17  Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint et c'est ce que vous êtes.

 

L'édifice dont Paul parle c'est un Temple, en fait, le lieu très saint du temple qui était construit à base de matériaux les plus précieux et durables. Les pierres précieuses peuvent être des pierres comme le granit et le marbre qui étaient beaucoup utilisés dans les riches constructions des bâtiments importants. L'or et l'argent  quant à eux, servaient dans les ornements des temples, ils sont symboles ici de la doctrine pure.

Le bois, le foin et le chaume sont des matériaux communs utilisés dans la construction des maisons ordinaires, celles des pauvres. Ce sont des matériaux qui ne conviennent pas à la construction du temple de Dieu. Si le fondement de l'église est la révélation de Jésus-Christ, l'édifice qui est construit dessus doit bien convenir au fondement.

 

Quand nous lisons ces versets, nous pensons souvent aux personnes qui construisent leur vie chrétienne avec des matériaux divers et reçoivent leur récompense en fonction de la qualité des matériaux utilisés. Mais ceci n'est pas tout à fait vrai car Paul parle de l'église et non pas seulement des individus. Il ne parle pas seulement de la vie chrétienne individuelle qui est construite par chaque personne, mais il fait allusion à comment chacun contribue à la construction de l'église. Qu'est-ce qu'il apporte à l'édification de l'église par ses œuvres? Ceci s’accorde bien avec le problème fondamental de l'église de Corinthe. Chacun vivait pour lui-même et se servait de ses dons spirituels pour sa propre édification et satisfaction.

Paul encourage les Corinthiens et nous aussi bien sûr, à bâtir l'église avec des choses d'une valeur éternelle. Il veut que ce qui est fait dans l'église serve à construire et à édifier l'église entière.

 

Quand Paul parle de ceux qui bâtissent, entre le verset 10 et le verset 17, il  semble qu'il parle plutôt de ceux qui enseignent dans l'église, ils ont une grande responsabilité pour ce qu'ils enseignent.

Mais, ce qu'il dit de comment nous construisons, s’adresse directement à chaque membre de l'église. Dans les versets 13, 14 et 15, Paul nous explique que nos œuvres seront jugées. Il ne parle pas ici du grand jugement où Dieu va séparer les non-croyants d'avec les croyants, il parle du jugement des œuvres des croyants. Ce que nous avons fait ici-bas sera jugé. Ce jugement sera comme un feu qui révèlera la qualité de nos œuvres.

 

Le feu dont parle Paul, c'est le jugement de Dieu, c'est son évaluation de la qualité de nos œuvres. Ceux qui auront construit avec de l'or, de l'argent et des pierres précieuses vont recevoir une récompense. La nature de la récompense n'est pas précisée, mais 1 Corinthiens 4 nous dit: "Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due." Pour celui qui aura construit avec du bois, du foin et du chaume, le jugement de Dieu sur ses œuvres montrera qu'elles n'ont pas de valeur.

 

La Bible parle de ce jugement pour une bonne raison: pour influencer notre façon de penser et de vivre. Il nous encourage à penser avec joie au retour de Christ et à vivre pour lui plaire. Quand la vie est difficile, que le travail est ardu et que nous sommes découragés, cette doctrine nous rassure qu'il vaut la peine de tenir bon, de persévérer.

Nous nous attendons à écouter les paroles "C'est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de choses, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître." et nous savons que les trésors que nous avons amassés au ciel seront à nous.

 

La qualité de la construction de l'édifice est plus importante quand nous considérons que nous construisons le temple de Dieu.

L'avertissement que Paul donne au verset 17 est très fort: "Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes."

Détruire  le temple, c'est introduire dans l'église la sagesse humaine qui influence et détourne les autres croyants de la vraie parole de Dieu. Il semble que Paul croyait que certains dans l'église de Corinthe la détruisaient, par leur façon de vivre et de parler. Et c'est évidemment très sérieux, parce que l'église, c'est l'église de Dieu.
Il va la protéger et il va juger sévèrement ceux qui la détruisent. Malgré les problèmes et le péché dans l'église de Corinthe, elle est toujours le temple de Dieu - sainte, et aimée de Dieu.

 

Pour finir, des versets 18 à 20  Paul retourne au sujet de la sagesse

3.18  Que nul ne s'abuse lui-même: si quelqu'un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu'il devienne fou, afin de devenir sage.

3.19  Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit: Il prend les sages dans leur ruse.

3.20  Et encore: Le Seigneur connaît les pensées des sages, Il sait qu'elles sont vaines.

 

Les Corinthiens étaient préoccupés avec la sagesse et les disputes à propos des responsables de l'église et ils ont perdu de vue quelque chose de très important. Ceux qui enseignent dans l'église sont un don de Dieu donné à l'assemblée, pour le bien de l'église

 

Chaque don de Dieu appartient à l'ensemble de l'église et est donné pour toute l'église. C'est là la sagesse de Dieu. Il ne laisse pas de place à la vantardise des hommes, même s’ils sont bons 

Toute la gloire revient à Christ et à Dieu le Père parce que nous sommes tous de Christ. Celui qui nous unit et celui en qui nous voulons, et pouvons grandir.

 

Enfin, le verset final de ce chapitre 3: Verset 23  Et vous, vous êtes à Christ et Christ est à Dieu

 

Daniel Delaune

 

 

Adresse

Eglise Apostolique
2 rue du Moulin Enragé 76170 Lillebonne


Téléphone

06 82 42 08 37

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Apostolique