Eglise Apostolique
Eglise Apostolique

Culte                              du dimanche 17 juillet 2016

La prière de JABETS

 

 

Lecture : 1 chronique 4 v  8 – 10

Les premiers chapitres des chroniques sont une succession de généalogie et au milieu on trouve ce texte:

Version scofield (colombe) : Yaebets était le plus considéré des ses frères, sa mère l’appela Yaebets en disant: c’est parce que je l’ai enfanté dans la douleur ….   Yaebets invoqua le DIEU d’Israël en disant: si tu me comble de bénédiction et que tu étendes mes limites, si ta main est avec moi et si tu fais que, loin du malheur, j’échappe à la douleur !...Et DIEU accorda ce qu’il avait demandé!

Version Perret-Gentil: «  et Jabets était honoré par ses frères, et sa mère l’appela du nom de Jabets disant: je l’ai enfanté dans la douleur. Et Jabets invoqua le nom de l’Eternel et dit: si tu me bénissais et agrandissais mes frontières et si ta main m’assistait et si tu me préservais du malheur de sorte que je fusse sans douleur …. L’Eternel fit arriver ce qu’il avait demandé!...

Version Oswald: Jabets était plus honoré que ses frères, sa mère l’avait appelé Jabets (ce qui signifie douleur) en disant: c’est avec douleur que je l’ai enfanté. Jabets invoqua le DIEU d’Israël en disant: si tu me bénis et que tu étendes mes limites, si ta main est avec moi, et si tu me préserves du malheur en sorte que je ne sois plus dans la souffrance….et DIEU accorda ce qu’il avait demandé!…

 

Ces versets sont comme une parenthèse dans ce chapitre des chroniques et dans la Bible rien n’est le fruit du hasard! Il n’y a pas de parenthèse pour rien. Aussi, cette prière mérite que l’on s’y arrête et que l’on s’y attarde. Elle est découpée en trois parties:

  • La naissance de Jabets
  • La prière
  • L’exaucement de DIEU

La Prière elle-même  se décompose en 4 parties:

1) Si tu me bénis.

Ce mot est utilisé dans la parole de DIEU à de nombreuses reprises et prend trois sens différents:

-1er sens: celui utilisé dans ce contexte, c’est d’obtenir pour soi la faveur divine, demander à DIEU sa faveur pour moi et dans le cas de Jabets on peut dire qu’il avait un très mauvais départ!

Regardons ce qui est dit au v 9: Jabets habitait dans une des tribus de JUDA et son nom signifie « il cause de la douleur »  ou encore « douleur »  « souffrance »

C’est sa mère qui lui a donné son nom, et vous imaginez bien ce que cela peut représenter: « il cause de la douleur » 

On rencontre ceci plusieurs fois dans la bible, ou le nom donné retrace souvent une période de trouble ou de mal-être dans la vie des parents. On peut retrouver ainsi des situations difficiles: accouchement difficile, situation de vie difficile ou autre.

Par exemple JACOB: usurpateur, voleur, ou encore le deuxième fils de Rachel, qu’elle appelle Ben-Oni, fils de ma douleur que son père modifiera en Benjamin, de même les fils de Naomi et Elimelec: Machlon «  maladif » et kihljon « languissant »  quels noms … quels fardeaux…

Et voila cet homme, vivant dans un contexte difficile avec un nom comme une malédiction, qui prépare mal son avenir, cet homme ose demander la bénédiction de DIEU.

Il est vrai qu’actuellement les noms que nous pouvons donner à nos enfants ne sont pas forcément le reflet de leurs personnes et n’expriment pas de situation particulière, bien que parfois cela puisse en partie se vérifier. Cependant il existe des noms donnés par des parents qui seront un fardeau pour leurs enfants     (Vous pouvez demander à Christophe).

Mais nous pouvons parfois porter sur nos enfants des jugements et des malédictions qui s’attachent à eux tout le long de leur vie : « tu es nul » , « tu es une charge »  « tu es arrivé à un moment inapproprié » etc.… et la psychologie met bien en évidence ces faits qui tout au long de la vie peuvent parfois briser, écraser, marquer profondément le vécu de notre personne et bien souvent l’adversaire saura nous rappeler, parle à nos cœurs qui résonnent alors comme autant de condamnations paralysantes. 

Tu n’es pas capable ….

Cette culpabilisation personnelle peut entraver toute notre vie! À quoi bon vivre!   A quoi bon demander quelque chose, la bénédiction c’est pour les autres…

Mais ce Jabets lui n’a pas regardé à la malédiction en quelque sorte posée sur sa vie, il a appelé sur lui la bénédiction de DIEU.

« Si tu me bénis » Seigneur, je veux obtenir une grâce spéciale de Toi, il veut le meilleur de DIEU pour lui, il veut s’immerger totalement dans ce que DIEU veut faire en nous.

« On reçoit peu car on demande peu » nous dit la parole de DIEU. 

Pourtant  Lecture de Mathieu 7 v7à 11.   

Et Luc 6 v 38: on versera dans votre sein une mesure serrée, secouée et qui déborde.

Jabets à une clef qui est très importante pour nous de tourner parce qu’elle ouvre la porte du royaume de DIEU.

Finissons-en avec des prières maladives et languissantes « est-ce que je mérite la bénédiction de DIEU? Mon état de péché me donne-t-il le droit d’obtenir quelque chose de DIEU? »

Demandez le meilleur, DIEU ne nous donne pas les miettes, nous avons accès à la boulangerie toute entière!!!! Mais encore faut-il que nous le demandions.

Soyons comme cette petite fille! Que  son père  voulait récompenser; « prend une poignée de bonbon ma fille «  non, prends les pour moi je ne veux pas me servir moi-même »  pourquoi ? «  ta main est plus grande !!!! »

La main de DIEU est forcement plus grande que la notre.

Mais aussi dans Jacques 4 v3 cet avertissement « vous demandez et vous ne recevez pas parce que vous demandez mal afin de satisfaire vos passions » 

DIEU peut nous combler de toutes sortes de manières matérielles ou physiques, mais la bénédiction est aussi et principalement accomplir et rester pleinement dans la volonté de DIEU, accepter qu’il prenne toute la place en nous.

La première des bénédictions c’est celle qui nous permet de dire « ta grâce me suffit »

Dans notre quotidien, nos découragements, ne pouvons-nous pas dire: ta grâce me suffit?

C’est ce que DIEU attends de nous.

- le 2éme sens du mot bénis, c’est: Adorer DIEU.

Pour sa bonté pour sa patience, pour son amour

Ps 103 v 1  « Mon âme, bénis l’Eternel »

Et c’est ce que nous sommes venus faire ce matin, et que nous avons fait au travers des chants, de nos prières.

- le 3éme sens du mot Bénis  c’est : invoquer la faveur de DIEU sur une personne.

Bénis, dans la culture juive et du Proche-Orient se révèle déjà dans la salutation: shalom « que la paix soit sur toi ».

On demande en quelque sorte la bénédiction de DIEU.

Mais au delà, il y a quelque chose de plus profond. Si Jabets a demandé la bénédiction d’en haut, il est fort probable qu’il bénissait aussi les autres.

Depuis combien de temps n’avez-vous pas dis « je vous aime, je vous bénis »  à vos enfants, votre femme ou votre mari, vos proches ?

Il est parfois plus facile de dire: j’ai prié DIEU pour qu’il te bénisse, plutôt que de bénir nous même

Jésus, dans son sermon sur la montagne dira même encore plus:

« Bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent » 

Et ailleurs il est encore dit: bénissez, ne maudissez pas.

Ne déléguons pas cette tache à DIEU, mais nous devons bénir, appeler sur tout notre entourage la bénédiction!  Sur notre patron … ce chef de service qui nous harcèle … le voisin qui fait du bruit. Tous ceux avec qui nous n’avons que peu de contact dans notre famille.

C’est dur de bénir les autres, n’est-ce pas? Pourtant nous devons donner ce que nous avons reçu de DIEU.

Et là cet homme Jabets, malgré son héritage il à su bénir, rependre à la place de l’amertume de sa situation une source de vie.

 

2) 2éme requête de la prière : que tu étendes mes limites

Cette prière demande à DIEU d’accroitre nos capacités afin d’œuvrer davantage pour lui. C’est une prière dans laquelle vous demandez à DIEU d’étendre vos opportunités.

Vous contentez-vous de ce que vous êtes, de vos capacités ou demandez-vous à DIEU qu’il vous accorde de faire des choses plus importantes, plus grandes que ce que vous avez pensé être capables de faire vous-même?

Nous devons bien dire que la personne qui a souvent le moins confiance en nous et bien: c’est nous-mêmes.

Bien souvent nous n’avons pas confiance en nos propres capacités au point de croire que nous ne pouvons aller au delà des limites que nous nous sommes nous-même fixées.

Je suis timide, je resterai timide, ne me demandez surtout pas de prier devant tous! De donner mon témoignage, de prêcher!

Ma limite, je n’irai pas au-delà, DIEU le sait!

Notre prière ne devrait pas plutôt être: « Seigneur, ma limite est là, je suis avec ces dispositions, Mais, je te demande d’étendre les cordages de ma tente, d’élargir les frontières de mon possible, je suis ainsi, mais je veux changer, j’ai ce caractère: colère, manque d’assurance, doute etc.… Mais DIEU est au-delà.

Jabets avait compris qu’il ne voulait plus rester dans ses limites qu’il transportait comme des boulets depuis des années. Si nous voulons devenir des hommes et des femmes capables d’aller plus loin avec DIEU, plus loin que nous n’imaginons, n’ayons pas peur de lui demander d’élargir nos cordages, DIEU aime qu’on lui demande l’impossible.

David dira: « conduis-moi sur le rocher que je ne peu atteindre »

Quand on regarde l’histoire biblique et la biographie des grands hommes de la bible, combien aurait imaginés être ce qu’ils sont devenus, leurs proches savait-ils qu’ils accompliraient ces actes.

Mais DIEU change l’ordinaire en extraordinaire, alors sollicitons la grâce de DIEU pour qu’il pousse nos limites.

Bien souvent nous ne nous étendons pas parce que nous posons nos limites sur des mauvais fondements.

Que dit-on: c’est mes capacités + mon expérience + ma formation + mon passé + le temps disponible qui détermine mon territoire.

Il vaudrait mieux dire: c’est ma volonté et ma faiblesse + la volonté de DIEU.

Allez plus loin, élargissez vous jusqu'à ce que vous soyez admiratif de ce que DIEU peut faire.

3) 3ème requête : Si ta main est avec moi.

Nous venons de demander un plus grand territoire, qu’il nous donne de faire des choses nouvelles que nous ne pouvions faire, là devant nous pouvons nous sentir déstabilisés. Cette prière arrive donc de façon logique, nous avons encore besoin de DIEU, surtout maintenant pour mener à bien notre mission.

Jésus diras « sans moi vous ne pouvez rien faire ».

Alors laissons agir DIEU, laissons le nous aider à accomplir cette mission qu’il nous a donnée.

Mais c’est aussi éviter l’orgueil que nous pourrions en tirer.

Entre la 2ème et la 3ème requête il y a un risque de dérapage et l’une ne doit pas aller sans l’autre.

DIEU a répondu à votre demande d’élargir vos capacités et là, vous vous trouvez subitement placés à la tête d’un pouvoir qui pourrait vous faire tourner la tête…

Combien ont raté cette 3éme requête, combien n’ont pas veillé comme Jabets a pu le faire et dire cette œuvre ce n’est pas moi, mais c’est toi, toi qui a tout fait.

Le grand musicien Jean-Sébastien Bach, probablement le plus prolixe de l’histoire et qui a écrit de nombreuse pièces musicales à la gloire de DIEU signait toujours ses œuvres avec ces mots:                                     « SOLI DEO GLORIAM » à DIEU seul la  Gloire.

Demander à DIEU son aide, c’est lui rendre de nouveau Gloire.

La dépendance de DIEU est le signe de la vraie puissance.

Paul dira « DIEU s’exprime dans ma faiblesse ».

Jabets l’avait bien compris: Bénis? Fait, élargis, fait, mais je veux dépendre de toi et de toi seul.

Face à DIEU nous ne sommes rien, c’est lui qui le fait encore.

4) 4ème requête : si tu me préserve du malheur.

La prière précédente le revêtait de la puissance de DIEU et le mettait dans sa dépendance, ici il vient demander une aide particulière pour être protégé de l’adversaire, car celui qui est en avant, devient inévitablement plus en vue pour l’ennemi. Quand on est en première ligne, forcement l’ennemi va viser en priorité ceux qui s’y trouvent.

Combien de fois n’avons-nous pas demandé à DIEU dans notre vie la force de résister au diable « arrière de moi Satan ». 

Jésus enseignera dans le notre père  «  délivre nous du mal » c’est un parallèle avec la prière de Jabets, «  fait en sorte que je ne sois pas tenté » plutôt que de dire « face à la tentation que je sois suffisamment fort ».

« fait en sorte que je ne sois pas en cohabitation avec le malin » prière qui peut surprendre!

Jésus reprendra ses disciples lorsqu’ils revenaient auprès de lui se réjouissant  en disant « les démons nous sont soumis ». Réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le livre de vie.

 

Je terminerai en relevant aussi les derniers mots de cette prière: « afin que je ne sois pas dans la douleur ». 

Cette phrase exprime je crois la profonde transformation que  DIEU fait dans sa vie, lui qui s’appelle douleur, DIEU le transforma en autre chose que la douleur.

Et DIEU accorda ce qu’il avait demandé.

 

Ne tombons pas dans des rituels de prières, mais ces temps sont importants pour chacun de nous:

 - premièrement : Bénis moi

- deuxièmement : Repousse mes limites

- troisièmement : Aide moi dans la tache

- quatrièmement : Délivre moi du mal

Ainsi ma vie sera transformée.

 

Frédéric Duval

 

 

Adresse

Eglise Apostolique
2 rue du Moulin Enragé 76170 Lillebonne


Téléphone

06 82 42 08 37

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Apostolique