Eglise Apostolique
Eglise Apostolique

Culte du dimanche 1er avril 2018

Pâque

 

Nous fêtons la pâque et nous sommes le 01 avril alors j’aimerai rapidement vous parler de ce 1er avril car le poisson d'avril a une origine chrétienne.

 

Le 1er avril était à l'origine le début de l'année, où les chrétiens ne mangeaient pas de viande mais seulement du poisson.

Si les chrétiens mangeaient du poisson le vendredi, c'était en mémoire du vendredi saint, jour de la mort du Christ.

Le poisson était une image du Christ et cela dès le début du Christianisme.

 

Il y a bien des raisons pour cela:

  • La plus connue est que le mot « poisson » en grec : IChTUS « Iesous Christos, Theou, Uios Soter » c'est-à-dire : « Jésus Christ, Fils du Dieu Sauveur ».

C’est une confession de foi formidable qui dit l'essentiel sur Jésus :

Il est le Christ, c'est-à-dire le Messie, celui qui accomplit pour nous les promesses de Dieu, celui qui nous donne en plénitude ce que Dieu veut nous donner.

Il est fils de Dieu, donc il en est le représentant, il tire son être de Dieu lui-même et il est sauveur parce qu'il nous sauve, de la mort. C’est par sa mort qu’il nous sauve de la nôtre et ainsi nous rend la vie éternelle.

 

  • Il y a aussi une autre raison que le poisson est une image du Seigneur : dans la tradition juive, le poisson n'a pas besoin d'abattage rituel pour être Casher, c'est donc une nourriture que le juif peut partager avec tout le monde.

C’est là une des dimensions essentielles du message du Christ de s'adresser à tout le monde, d'annoncer un salut qui n'est pas réservé aux juifs seuls, mais qui peut être partagé par tous, même les païens.

La bonne nouvelle, c'est que l'amour et la grâce de Dieu n'ont rien à faire des frontières, morales que nous voulons mettre. Tous sont invités, sans restriction à entrer dans l'amour de Dieu et à partager la bonne nouvelle de sa grâce.

 

Alors cette bonne nouvelle se trouve effectivement dans cette confession de foi « Jésus Christ, Fils du Dieu Sauveur ».

 

Pourquoi Jésus est-il mort?

Nous pouvons dire ce matin: le Seigneur a pris notre place et par ce sacrifice nous sommes justifiés devant le père, nos péchés sont effacés et nous ne sommes plus sous la condamnation qui était la mort mais nous avons la vie éternelle.

 

Chaque dimanche quand nous partageons le pain et le vin nous nous rappelons que Jésus est passé par « la plus cruelle des tortures pour nous libérer »

 

Il fut dévêtu et fouetté avec des lanières de cuir bardées de fragments de métal tranchants. Une couronne d’épines fut enfoncée sur sa tête.

Les soldats romains le tournèrent en ridicule, le frappant au visage et à la tête.

On l'obligea ensuite à porter la lourde croix sur ses épaules en sang.

 

Arrivé à l'endroit de la crucifixion, des clous de dix-huit centimètres ont été plantés dans ses poignets et ses chevilles (entre le tibia et le tendon d’Achille). Puis il fut laissé dans une chaleur torride et une soif intenable, suspendu six heures, tout son poids pesant sur les plaies, pris entre le déchirement des muscles et l’asphyxie, en proie à des souffrances atroces.

 

Pour nous, oui il a souffert pour qu’aux yeux du père nous paraissions justes sans péché

Aujourd’hui dimanche, 3 jours après cette mort, nous disons que pâques est une fête magnifique parce qu’un événement important s’est produit.

Le plus important qui ne se soit jamais produit dans notre monde: celui de la résurrection du Christ! Sans la résurrection de Jésus-Christ, il n'est pas possible de parler vraiment de Pâques comme d'une fête.

Il faut sans cesse prendre la pleine mesure de la signification de la fête: Christ est ressuscité. Il a gagné sur la mort, la mort qui était notre condamnation à cause de nos péchés, notre Seigneur l’a rayée de la liste de la vie, nous n’avons plus cette sentence qui pesait sur nous parce que nous ressuscitons avec notre Seigneur.

  

 

Luc 24 v1 à 7 Le dimanche matin de très bonne heure, les femmes se rendirent au tombeau emportant les huiles aromatiques qu’elles avaient préparées. Elles découvrirent que la pierre fermant l’entrée du sépulcre avait été roulée à quelque distance de l’ouverture. Elles pénétrèrent à l’intérieur, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Pendant qu’elles en étaient encore à se demander ce que cela signifiait, deux personnages vêtus d’habits étincelants se tinrent tout à coup devant elles. Elles étaient tout effrayées et baissaient les yeux vers le sol. Ils leur dirent alors: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant? Il n’est plus ici, mais il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous disait quand il était encore en Galilée: «Il faut que le Fils de l’homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et qu’il ressuscite le troisième jour.»

 

C’est sa résurrection qui pause les fondements du christianisme parce qu’en ressuscitant il authentifie sa divinité il est vraiment Dieu venu en chair. Dieu fait homme.

 

Ainsi la Bible nous fait cette affirmation capitale en disant que "Jésus-Christ a été déclaré Fils de Dieu avec puissance par sa résurrection d'entre les morts" romain 1.4

 

Le Christ, par sa résurrection arrache notre monde à la mort dans laquelle celui-ci est captif. Si nous ne croyons pas la mort nous enchaine mais si nous croyons nous sommes libres,  la première pâque,  la pessah illustre bien cette captivité transformée en liberté par le sang de l’agneau.

L’esprit de mort est passé par-dessus, c’est la signification de pessah et aucun enfants ne fut toucher par celle-ci mais ceux qui n’ont pas cru les égyptiens et bien la mort est venu par le sang. Il n’y a pas possibilité à la mort de nous atteindre, le sang de Jésus qui coula pour moi fait que la mort passe au-dessus de moi.

 

Ensuite les hébreux ont été libérés de leur esclavage en Egypte, idem pour nous, nous ne sommes plus sous l’esclavage du péché nous sommes libérés.

 

Nous trouvons dans la résurrection du Christ une raison d’espérer. Si Jésus est sorti vivant du tombeau, c’est pour nous. Sa résurrection est l’assurance que nous ressusciterons nous aussi (1 Corinthiens 15 v20 à 22) 20 Mais maintenant, Christ est ressuscité et il est devenu les prémices de ceux qui sont morts. 21 En effet, puisque la mort est venue par un homme, la résurrection des morts est venue aussi par un homme. 22 Car, comme tous meurent en Adam, de même tous revivront en Christ. 

 

Nous revivrons en christ oh oh oh oh nous revivrons en Christ.

Excusez-moi mais …. Est-ce que nous avons de la joie dans notre cœur face à cette vérité ou avons-nous oublié?

 

Revivre c’est dans tous les sens du terme, revivre là où il y avait la mort dans telle situation, maintenant il y a résurrection

Je proclame cette vérité nous revivrons en christ est ce que nous pouvons le proclamer ensemble ce matin ?

La foi naît de la résurrection. Accepter le fait que le Christ soit mort et qu’il soit mort crucifié, n’est pas un acte de foi, c’est un fait historique.

À l’inverse, croire qu’il est ressuscité l’est. Notre foi naît au matin de Pâques. 

Alors, si en regardant notre vie, nous réalisons que nous avons accumulé tant d’échecs…aujourd’hui au matin de Pâques, nous pouvons faire comme ces personnes dont nous parle l’Évangile : aller au tombeau du Christ, voir la grande pierre qui a été roulée et prendre conscience que Dieu réalise pour moi, pour nous tous, un futur inattendu.

Allons sur nos tombeaux: nous en avons tous quelques-uns en nous. Allons-y et voyons comment Dieu est capable de nous sortir de ces tombeaux.

Et là on trouve le bonheur, on trouve la joie, la vie, là où nous pensions trouver que tristesse, désolation et ténèbresDieu donne la vie, il met sa lumière divine sur toutes les situations mortes.

Là où il y a la maladie, là où il y a le péché, là où nous sommes enchainé par nos difficultés qui nous mette dans un état de mort physique, le Seigneur nous dit lève-toi et marche avec moi. Nous revivons en christ. 

Ayons la foi de la résurrection sur telle ou telle autres situations, ayons la foi de la vie.

Croyons en la résurrection, c’est la base de notre foi et c’est aussi la base de notre joie.

 

Ce qui nous attendait, c’était l’enfer éternel mais en Jésus notre sauveur nous hériterons de ce paradis merveilleux. Cela doit nous mettre dans une joie profonde car c’est là toute notre espérance.

 

Au lieu de la mort, c’est la vie.

 

Essaie 35 v5 et 6  « Alors les yeux des aveugles seront ouverts et les oreilles des sourds seront débouchées. Alors le boiteux sautera comme un cerf et la langue du muet éclatera de joie ». 

 

Apoc 21 « Il essuiera toute larme de leurs yeux et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. »

 

Vivons ces choses même si cela n’atteindra pas encore sa pleine plénitude, le Seigneur nous invite à vivre les prémices de son royaume sur la terre pour que nous puissions nous réjouir de notre espérance en lui.

 

Quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, tremblantes et toutes joyeuses, elles coururent porter la nouvelle aux disciples. Elles ont cru et aussitôt elles furent dans la joie.

Si aujourd’hui il y a dans nos vies des tombeaux fermés nous empêchant d’être dans cette joie, laissons Jésus s’en occuper, croyons en la résurrection des situations et retrouvons cette joie immense qui doit se remarquer comme ces femmes, leurs joies étaient perceptibles sur leurs visages.

Ne laissons pas de place à l’ennemi qui veut prendre notre joie qui veut s’emparer de notre foi pour y laisser la mort.

 

« Ô Mort, où est ta victoire? Ô Mort, où est-il, ton aiguillon? » En ces jours de Pâques, portons ce cri dans notre cœur.

Et si l’on nous demande la raison de ce sourire qui ravit notre visage de cette joie alors nous pourrons répondre que Jésus est toujours là, qu’il continue à vivre en nous, que Jésus est là, qu’il est ici, vivant et ressuscité.

Il est ressuscité …………il est vraiment ressuscité.

Amen

Jean Sébastien Fontaine

 

Adresse

Eglise Apostolique
2 rue du Moulin Enragé 76170 Lillebonne


Téléphone

06 82 42 08 37

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Apostolique