Eglise Apostolique
Eglise Apostolique

Culte                              du dimanche 27 mars 2016                                                                                  Les Pâques

Avec un ‘S’ ou sans ’ S’en fait avec un s c’est pour différencier la fête de pâque chrétienne de celle d’Israël sans S.

 Dans notre calendrier grégorien c’est donc avec un S. Mais peut être aussi parce qu’il ya plusieurs pâques notamment celles des cultures antiques qui fêtaient la pâque pour fêter le passage entre l’hiver et le printemps passer au dessus de l’hiver équinoxe du printemps.  

En tous cas La pâque est l’une des trois grandes fêtes d’Israël et c’est l’une des plus importantes de la foi chrétienne.

Pâque signifie passer au dessus et tire son origine dans le livre de l’Exode à partir du chapitre 12 et 13, elle est aussi appelée la fête des pains sans levain car la commémoration de la nuit ou les hébreux sont sortis d’Égypte est suivie d’une fête de 7 jours au cours duquel aucun levain ne doit rester dans les demeures juifs. Ce qui évoque la pate que les israélites emportèrent à la hâte dans la nuit où ils furent libérés d’Égypte.

Après la mort de tous les premiers nés du pays où s’achevaient donc les 10 plaies.  Les égyptiens étaient pressés qu’ils partent d’Égypte  et la pâte de leurs pains n’avait pas eu le temps de lever.

C’est dans cette dernière nuit du peuple hébreux en Égypte qu’eut lieu La dernière plaie: la mort de tous les premiers nés: où l’Eternel demanda au peuple hébreu de prendre un agneau sans défaut pour chaque famille, de le manger puis de prendre de son sang pour le badigeonner sur les linteaux de leurs portes afin que l’esprit de mort les épargne.

Le sang seul constituait l’unique protection contre la mort.

Après cette 10ème plaie, le pharaon les libera rapidement et la bible nous dit que c’est 600 milles hommes c'est-à-dire des hommes aptes au combat d’environs plus de 20 ans ce qui fait environ un total estimé entre les hommes femmes et enfants a environ 2 millions de personnes.

430 ans avant c’était 70 personnes qui rentraient en Égypte avec Jacob et là c’est un exode de plus de 2 millions d’individus.

Sous les ordonnances de Dieu les israélites continuaient de marquer cet évènement de leur libération en une fête. La fête de pâque où la mort était jadis passée au-dessus de leurs maisons.

Ils choisissaient donc un agneau sans défaut, l’agneau de Dieu et le mettait à part pour l’Eternel, cet agneau était gardé 3 jours puis ensuite immolé et mangé avec aussi les pains sans levain et des herbes amères rappelant leurs souffrance en esclavage.

Ce repas se prenait en racontant le récit de l’exode qui se codifia sous forme poétique, nous avons là l’origine de psaumes tel que 105 ; 106 ; 136 etc… qui portent le nom d’HALLEL MISTRI qui veut dire louange égyptiennes.

Ensuite, à l’époque de Jésus, la période du second temple la liturgie simple et spontanée de l’époque s’était modifiée quelque peu. Avec certain rituels en plus et un côté dirais-je plus bourgeoisisme. En tous cas tous ces rituels ont un sens prophétique que nous allons voir.

Les juifs faisaient donc disparaitre de leur maison le levain la veille de la pâque.

 Une table était dressée sur laquelle sont disposées des coupes de vins: la première est dite coupe du prophète Elie ou coupe messianique que nul ne doit toucher jusqu'à ce que le messie soit venu. En effet selon le prophète Malachie l’annonce du messie doit être effectuée par le prophète Elie le soir du seder (le repas de pâque). A coté des coupes on trouve 3 matsa c’est à dire 3 pains sans levain empilés l’un par-dessus l’autre. 

Le pain du milieu est ensuite brisé par le père, le chef de famille, une partie reste dans l’assiette et l’autre partie la plus grosse est enveloppée dans un linge blanc et portée sur l’épaule et placée sous un coussin. Ensuite ils mangent et se partagent le pain supérieur et celui brisé. Et ce n’est qu’à la fin du repas que le chef de famille retourne chercher le pain sous l’oreiller.

Alors comment Jésus a t’il fêté cette dernière pâque juive devenue après cet événement la pâque chrétienne.

C’est à peu près la même chose que ce que nous venons de voir cependant un certain nombre de symbole allaient recevoir toutes leurs explications.

Jésus a donné une explication à ces actes. Tout d’abord souvenions-nous l’interprétation de Jean Baptiste concernant Jésus, il le désigna comme l’agneau de Dieu sans défaut réservé pour Dieu ce qui fait allusion à l’agneau pascal sanctifié pour Dieu mise à part pendant 3 jours avant d’être immolé Jésus par son baptême avait été mis à part en vu de ce sacrifice qu’il devait accomplir environ trois ans plus tard.

La disparition du levain dans les demeures est à rapprocher de 1 Cor 5.6 Vous n'avez vraiment pas de quoi être fiers! Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever toute la pâte?

Christ notre pâque a été immolé il faut que le croyant fasse disparaitre le vieux levain pour célébrer la fête. Le levain est ici le symbole du péché dont le croyant doit se séparer pour s’approcher de Dieu.

Il semble aussi que cette cérémonie de rechercher le levain et de tout faire disparaitre des maisons, se retrouve dans l’acte accompli par Jésus la veille de pâque Jésus lave les pieds de ses disciples leurs faisant comprendre la nécessité de recevoir le pardon et de pardonner à leur tour, faire disparaitre la saleté du péché et de se laisser lavé par le seigneur. Comme si Jésus voulait montrer par cet acte l’importance, c’est la séparation l’extraction du péché plus que l’extraction du levain dans les maisons.

Paul reprendra cela en 1 cor 11 exhortant les participants à la table du Seigneur à s’examiner eux même avant de manger et boire la coupe.

Alors concernant ces trois pains, (la matsa) Luc mentionne la présence de ces pains sans levain et il nous dit que Jésus prend le pain et le brise pour le distribuer ensuite à ses disciples selon la tradition.

 Il est vraisemblable que Jésus ait aussi suivi la coutume et ait mis la matsa la plus grosse dans un linge blanc, d’ailleurs il déclare ceci est mon corps brisé pour vous. Il donne là toute la signification prophétique de ses actes rituels faits depuis de nombreuses années.

Cette matsa brisée et enveloppée dans ce linge enfouie sous un coussin jusqu'à la fin du repas est la représentation de Jésus brisé, enveloppé dans un linceul transporté au tombeau.

C’est le symbole de l’ensevelissement et sa mise au tombeau précédant sa résurrection.

Car juste après la fin du seder, le père de famille juif, le patriarche ressort le pain du dessous de l’oreiller, nous avons là la signification prophétique de la résurrection de Jésus par son père.

Il est aussi possible de comprendre le symbole de ces trois pains empilés comme étant le père, le fils celle du milieu et leSaint Esprit.

On comprend aussi à partir de ce moment l’œuvre de la rédemption de l’esclavage du péché et non plus de l’esclavage de l’Égypte.

Au début du repas selon Luc Jésus va prendre la coupe cette fameuse coupe messianique, la coupe réservée au prophète Elie, il va en boire et la faire passer parmi les disciples. Selon la tradition le jour où on en boirait de cette coupe c’est que le messie serait à la porte.

Jésus montre part ses actes l’actualisation prophétique en sa personne. Il confirme qu’Elie est bien venu annoncer l’avènement du Messie et qu’il est inutile de l’attendre encore (Malachie 4.5 ou selon certaine version 3 .23 Voici: je vous envoie Elie, le prophète, avant que le jour de l'Eternel arrive, ce jour grand et terrible. Jean Baptiste était un type d’Elie rappelons-nous aussi que sur la montagne de la transfiguration c’est Elie et Moise qui apparurent et Matt 17.10-13) Les disciples lui demandèrent alors: Pourquoi donc les spécialistes de la Loi disent-ils qu'Elie doit venir en premier lieu? 11 Il leur répondit: Effectivement, Elie doit venir remettre toutes choses en ordre. 12 Or, je vous le déclare: Elie est déjà venu, mais ils ne l'ont pas reconnu. Au contraire, ils l'ont traité comme ils ont voulu. Et c'est le même traitement que va subir de leur part le Fils de l'homme. 13 Les disciples comprirent alors qu'il parlait de Jean-Baptiste.

 Ainsi tout était annoncé d’avance !!!

Le dernier acte de la pâque nous est rapporté par les évangélistes MATT 26.30 « après avoir chanté le Hallel, ils se rendirent à la montagne des oliviers » Le Hallel consiste en 6 psaumes (113-118) c’est la suite des psaumes de louange

Après la pâque Jésus et les disciples vont donc au jardin de Gethsémani la pâque symbolique est terminée et il va accomplir la vraie pâque annoncé par le psaume 118 (.14-29)

Pâque, pessah en hébreu, qui veut donc dire passage. C'est le passage de Jésus de la mort à la vie. 

Il a donné un autre sens à ce geste en disant: "Prenez et mangez-en tous: ceci est mon corps livré pour vous." Ensuite, il a tendu une coupe de vin: "Prenez et buvez-en tous car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l'alliance nouvelle...", celle de Dieu et de tous les hommes.

Dans la nuit de ce jeudi-là, Jésus est arrêté, jugé et condamné à mort. Il est crucifié le vendredi. Mais le premier jour de la semaine selon le calendrier juif, dimanche pour nous, Jésus "passe" de la mort à la vie de Dieu. Il est vivant, Dieu l'a ressuscité.

En souvenir de ce dernier repas, de la mort et de la résurrection de Jésus, les chrétiens revivent cette nouvelle Pâque à chaque messe, et ils la célèbrent comme la plus belle de toutes les fêtes une fois par an.

 

La relation entre cette pâque et la sainte cène qui est au cœur de nos culte chrétiens c’est un seder simplifié un repas de pâque simplifié à la fois l’annonce messianique de la délivrance du péché et de la proximité du royaume de Dieu et bien sur de ce souvenir du sacrifice de Jésus.

«car Christ notre pâque a été immolé, célébrons donc la fête non avec du vieux levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de pureté et de vérité».

Oui il a été brisé allant jusqu'à la mort pour nous parce qu’il nous aime et qu’il veut nous voir parmi les vivants mais Aujourd’hui souvenons-nous que Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité... Je vous l’annonce car je n’en reviens pas! Le tombeau est vide.

Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie la mère de Jacques et Salomé achetèrent des aromates afin d'aller embaumer Jésus. 2 Le dimanche, elles se rendirent au tombeau de grand matin, au lever du soleil. 3 Elles se disaient entre elles: «Qui nous roulera la pierre qui ferme l'entrée du tombeau?» 4 Mais quand elles levèrent les yeux, elles s'aperçurent que la pierre, qui était très grande, avait été roulée. 5 Elles pénétrèrent dans le tombeau, virent un jeune homme assis à droite, habillé d'une robe blanche et elles furent épouvantées. 6 Il leur dit: «N'ayez pas peur. Vous cherchez Jésus de Nazareth, celui qui a été crucifié. Il est ressuscité, il n'est pas ici! Voici l'endroit où on l'avait déposé.

Ces femmes, proches de Jésus, qui courent au tombeau avec leurs aromates pour l’embaumer, pleines d’agitation et de préoccupations matérielles qu’elles ne s’étaient même pas posé la question essentielle de la pierre qu’il fallait rouler pour ouvrir le tombeau!! Qui allait rouler la pierre ?

Pas besoin de l’embaumer, il est vivant, la pierre fut roulé non pour que Jésus s’échappe mais pour que les témoins constate que le tombeau est vide.

La mort a été vaincue la vie prend le dessus.

En ce dimanche de pâque nous qui sommes témoins nous déclarons que c’est vrai il est réssucité amen.

 

Il me reste plus qu’à vous dire a pessah semea bonne fête de pâque.

 

 

 

 

 

 

 

 

Adresse

Eglise Apostolique
2 rue du Moulin Enragé 76170 Lillebonne


Téléphone

06 82 42 08 37

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Apostolique